stuart-bowman.jpg

Stuart Bowman

Actor

Interview exclusive

par

Lucie Ayer

Bontemps4.jpg

L'acteur britannique, Stuart Bowman, que nous avons vu notamment dans les séries «Versailles » et «Bodyguard »,

nous a accordé une interview où il nous raconte ses premiers pas dans l'industrie du cinéma et nous parle du nouveau film d'horreur de Sean Ellis «The Cursed»,

qui sortira le 18 février prochain,

dans lequel il joue aux côtés d'Alistair Petrie, et Kelly Reilly.

Comment votre parcours d'acteur a-t-il commencé ?

Quand j'ai commencé à vouloir devenir acteur, et vivre de ça, j'ai demandé à mon professeur d'anglais ce qu'il en pensait, et il m'avait répondu qu'il n'y avait aucune chance que je puisse en faire mon métier. J'ai alors mis cette idée de côté et j'ai fait des études de commerce pendant quelques années. Mais je pensais encore à devenir acteur alors j'ai postulé dans des écoles de théâtre. Je suis parti d’Écosse, pour aller à Londres et durant le trajet, en apprenant mon texte, je n'avais aucune d'idée de ce que j'étais en train de faire. Je n'ai été pris dans aucune école. J’ai eu un travail dans une entreprise de béton préfabriqué, ils m’ont offert une promotion qui m'a effrayé. Donc je suis parti au festival d’Édimbourg pour trouver un autre travail qui me correspondait plus. J'ai fini par trouver un emploi dans un théâtre où j'annonçais les programmes et déchirais les tickets d'entrée. Là-bas, j'ai rencontré un acteur, il m'a proposé de l'aide pour mon texte pour les auditions, afin d'entrer dans une école de théâtre. Il est donc venu une heure avant son spectacle, et il m'a aidé. Grâce à ça, je suis rentré dans une école de théâtre, et en une semaine, j'ai su que c'était ce que je voulais faire. J'adorais ça. Ça m'a permis de rentrer dans l'industrie, en 1988, et je m'en sors pas trop mal depuis. 

 

Vous étiez donc plutôt jeune quand vous avez su ce que vous vouliez faire ?

Oui, j'étais jeune, j'avais fait des études de commerce pendant quelques années, mais ça ne m'intéressait pas. Comme je l'ai dit, j'ai su très vite, après être rentré en école de théâtre que c'était ce que je voulais faire et que c'était une bonne chose pour moi. Je me sens très chanceux d'avoir découvert ce que je voulais faire quand j'étais jeune. J'ai 2 garçons, et s'ils ont la chance de trouver quelque chose qui les passionne à un aussi jeune âge, j'en serais ravi.

«The Cursed» est-il le premier film d'horreur dans lequel vous jouez ?

Oui c'est le premier. J'ai fait une parodie quelques années en arrière, c'est ce qui se rapprochait le plus d'un film d'horreur. Mais oui, c'est mon premier vrai film d'horreur.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire partie de ce projet ?

Avant même de lire le scénario, j'étais un grand fan de films d'horreur. Dans les années 80 quand « Betamax video » est arrivé, c'était facile de visionner des films d'horreurs, mon préféré était « l'Exorciste ». Il y avait tellement d'extraordinaires films d'horreurs auxquels on pouvait accéder quand j'avais 14/15 ans, c'est une vraie chance pour moi de pouvoir jouer dans un vrai film d'horreur. Il y beaucoup d'aspects intéressants. Ça nous plonge du côté psychologique de la peur, et c'est ce que j'ai toujours aimé avec les films d'horreurs. Et «The Cursed» est un film superbe dont je suis très fière de faire partie.

Comment expliqueriez-vous ce challenge qu'est l'interprétation d'émotions aussi intenses que dans un film d'horreur ?

C'est beau. Durant ces 5/10 dernières années, j'ai principalement fait de la télévision et les rôles que j'ai tendance à jouer expriment plutôt leurs émotions de manière intériorisée, où on perçoit ce qu'il se passe dans leur tête grâce à un gros plan sur mes yeux. Car les personnages gardent leurs émotions cachées. Alors d'avoir la chance de jouer des telles émotions, comme dans «The Cursed» c'est vraiment super. Cette extrême connexion émotionnelle, c'est vraiment l'une des plus grandes joies de ce métier. On a l'opportunité d'explorer plein de choses et de les ressentir vraiment. Je pense que c'est utile psychologiquement pour la santé mentale. Je recommande vraiment à tout le monde de prendre des cours de théâtre, même s'ils ne veulent pas en faire le métier. Juste avoir l'opportunité de ressentir des choses que l'on n'a pas l'habitude de ressentir, c'est important.  

 

Pouvez-vous nous parler du rôle que vous interprétez dans «The Cursed»

Je dirais que je suis comme le représentant du village dans lequel l'horreur va se passer. Je pense que peut-être les spectateurs voient l'horreur à travers mes yeux en quelques sortes. Et au fur et à mesure ou les gens sont pris par la présence dans le film, ma réaction et comme une manière d'aider les spectateurs de s'imaginer à la place des villageois.

Comment s'est passé le tournage ?

On a tourné le film à Cognac en France, là où Sean, le directeur, habite. J'avais déjà tourné en France, pour la Série « Versailles», à Paris pendant 3 ans. Donc j'ai habité à Paris pendant 3 ans. Et j'ai tellement aimé la France, que nous avons acheté une maison en France. J'étais alors très content de refaire un tournage en France.
Et à la suite du film nous sommes devenus de bons amis et nous étions tous fièrs du résultat. On a adoré le scénario, l'énergie de Sean, et ce qu'il faisait était magnifique. On a tourné dans des endroits magnifiques. Dans une vielle église, au milieu de la campagne, dans un vignoble. En fait, c'était très naturel d'être dans ce monde. Sean a dit dans une interview que quand on tourne un film d'horreur dans une autre époque, on est immédiatement transformé, parce que c'est une période qui n'existe plus, et on doit utiliser notre imagination pour nous y emmener. C'est la raison pour laquelle les costumes aident beaucoup aussi. Et je pense que la combinaison de l'horreur et de l'époque est très intéressante.

Connaissiez-vous déjà certains acteurs du film avant le tournage ?

Je connaissais le travail d'Alistair et de Kelly. J'étais impressionné de regarder leur travail. Je savais qu'ils étaient de bons acteurs. Je ne connaissais pas Roxanne avant le tournage, mais nous sommes devenus de bons amis. Je me suis aussi lié d'amitié avec Simon. Maintenant, on joue au tennis ensemble régulièrement. Et en plus, on habite à côté à Londres.

Quels sont vos prochains projets ?

J'ai eu une année assez chargée. J'ai tourné «Guilt» pour la BBC. J'ai aussi un drame criminel qui va bientôt sortir. Après cela, j'ai encore plein de choses qui arrivent et une autre série dont le tournage devrait commencer à la fin de l'année. 

5469261.jpg